L'étudiante - des gros seins, des fellations extrêmes, de la bonne baise gratuite et à foison

Sexe-Gratuit

Sexe-Gratuit

L'étudiante

MON JARDIN SECRET
Il y a dans mon cours universitaire une jolie fille qui se prénomme Kaline. Tout le monde pense d’elle que c’est une vraie allumeuse. C’est mon avis aussi. Je commence par la décrire : 1m60, cheveux bruns-noirs teints, assez mince, d’énormes seins en obus, un cul et des cuisses admirables, de bonnes joues avec deux petites fossettes. Kaline provoque les garçons en mettant en valeurs ses formes, se maquillant, etc. Jamais je n’aurais espéré avoir l’occasion de sortir avec elle, même s’il n’est pas rare qu’elle fasse souvent chez moi l’objet d’une bonne masturbation. Beaucoup de fois, je l’ai suivie le plus longtemps possible pour admirer son corps, attrapant alors une trique incontrôlable. Une fois, j’ai réussi à masser ses fesses pendant quelques secondes, dans un mouvement de foule à la sortie de l’école. Alors qu’un soir plusieurs élèves se retrouvèrent en boîte, j’aperçu Kaline : pantalon vert foncé assez ample qui laissait néanmoins apparaître la forme de sa jolie croupe, puis un pull gris moulant. La coquine dansait, parlait à beaucoup de gens et très rapidement je fus excité, juste à la voir bouger. Je la rejoignis sur la piste et après quelques minutes je l’invitai à prendre un verre. Deux vodkas soda ! J’ai pensé que plein de garçons avaient déjà tenté le coup avec elle, sans que ça marche et que je ne serais qu’un de plus si j’échouais. Je lui dis : – Plutôt chaude comme fille toi, non ? Elle me répondit tout simplement : – Absolument ! Je lui dis encore : – Il est très tard. Y’a personne chez moi. On rentre ensemble, tu me montres si tu es vraiment aussi chaude qu’à l’école, et tu peux repartir demain matin. Je te reconduirai si tu veux ??? Elle me répondit encore : – Hum… Voyons voir… Bon d’accord ! Attends je vais prévenir Nathalie. Je pensai que c’était incroyable, j’allais me faire Kaline. Je vérifiai si j’avais encore un préservatif. Ouf, il y en avait un dans mon portefeuille. Je finis mon verre et elle revint vers moi. Elle me dit : – Okay ! On y va ? En sortant de la boîte, je ne savais pas très bien si je pouvais tout de suite commencer à m’amuser. Je pensai que de toute façon c’était une petite allumeuse et je me ne gênai pas. Dans le bus, je caressai discrètement ses cuisses, ma main entrant furtivement dans son pantalon. Elle souriait. Nous marchâmes pour arriver jusqu’à ma maison et je commençai à la peloter sérieusement. Une énorme trique monta en moi. Nous entrâmes, elle déposa sa veste au porte manteau et nous nous dirigeâmes vers la cuisine. On bu un verre d’eau puis on monta dans ma chambre. Je m’approchai d’elle et nous nous embrassâmes. Je lui enlevai son pull et quel spectacle je découvris !! Un soutien-gorge blanc en dentelle dans lequel reposaient deux énormes seins. Elle avait les aisselles fraîchement rasées, ce qui me plu beaucoup. Je lui enlevai son pantalon et j’aperçus un string en satin bleu foncé. Je la retournai et admirai ses deux belles fesses bien rondes, bien douces, de jeune femme. Je les pris en main, donnai quelques petites tapes dessus. Un bonheur ! Je la retournai de nouveau, dégrafai son soutien et pris ses seins à pleine main avant de les lécher avidement. Ensuite, je descendis son string et je vis enfin son sexe. Elle avait les lèvres entièrement rasées. Kaline avait seulement laissé une petite touffe de poils au-dessus de son sexe, comme de la soie. Elle mouillait déjà bien. Je ne pouvais plus résister à la pression de mon sexe dans mon pantalon, aussi je l’enlevai rapidement, libérant ma queue, ce qui me fit beaucoup de bien. Je l’allongeai sur le lit et lui bouffai la chatte. Ma langue passa de son anus jusqu’à son nombril, m’attardant longuement sur sa vulve. Je n’avais jamais rien goûté d’aussi bon. Je plongeai un doigt, puis deux. Ils ressortirent trempés et je les léchai. Toute sa région génitale était maintenant humide et le bout de mon petit doigt entra facilement dans son anus. Je me dis que si je lui demandais de me sucer maintenant, inévitablement j’éjaculerais dans la seconde tellement j’étais au bord de l’orgasme. Je la suppliai : – Je ne peux plus tenir, viens me pomper. Elle s’agenouilla, pris ma queue à deux mains, et me suça avidement. Je lui lançai quatre gros jets de sperme sur le visage. Puis elle alla se nettoyer dans la salle de bain où elle prit son temps! A ma grande stupéfaction,je me remis à bander très vite,ma verge étant dans un état d’excitation inhabituel.Je me demandais si le fait de me taper une étudiante ,ce qui pour moi etait un phantasme depuis longtemps,n’etait pas la cause de ce regain de vigeur sexuelle.Maintenant,il me tardait même que Kaline revienne afin que je puisse la prendre dans tous les sens,à condition bien sûr qu’elle veuille poursuivre l’aventure… Enfin elle arriva,nue comme un ver,remuant doucement son superbe cul. On remet ça ? lui dis-je vulgairement .D’accord, répondit-elle,mais à une seule condition: je me mets à quatre pattes et tu me défonces l’anus, je ne prends vraiment mon pied qu’en sodo.Aussitôt dit aussitôt fait.Elle enfila elle-même mon préservatif, avec la bouche et avec une dextérité à peine croyable prouvant qu’elle n’en n’était pas à son coup d’essai.Puis elle cracha sur l’emballage afin qu’il soit encore plus lubrifié et me dit d’une voix suave: Tu vas voir,tu y touveras ton compte autant que j’y trouverai le mien,mon anus est un vrai élastique et tu vas jouir comme jamais tu as jouis.Ma queue était tendue à bloc au bord de l’explosion.Effectivement je pénétrai son anus sans aucune difficulté et avec toute l’excitation que procure cet orrifice beaucoup plus sérré que le vagin. J’avais fait cinq ou six aller-retour en elle quand elle commença à hurler,je dis bien à hurler de plaisir.Elle tortillait son magnifique petit cul dans tous les sens,vers le haut,vers le bas,à droite,à gauche.Quand à moi je lui assénais des coups de bite de plus en plus forts et de plus en plus rapides.Elle hurlait encore,encore,encore et une sueur abondante coulait autour de sa taille de guêpe. J’aurais aimé que cela dure beaucoup plus longtemps mais je ne pus retenir une gigantesque éjaculation qui blanchit entièrement le préservatif.Elle se coucha sur le dos,épuisée et me demanda de l’embrasser avec tendresse,ce que je fis instamment.Je vois Kaline une fois par semaine,ce qu’on pourrait nommer un cinq à sept,mais je ne connaitrai jamais son vagin,elle ne demande uniquement que de la sodomie et rien que ça ! A ma Petite sodominette… YVOU 



11/10/2011
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 509 autres membres